Tous les articles par Patrick Reix

Triathlon découverte Montélimar 22 Avril 2018

Parmi les nombreux objectifs que nous avions fixé en début de saison pour le CASAVELO, l’un d’eux me tenait particulièrement à cœur : faire découvrir le triathlon.

Pour aider à franchir le pas, il nous fallait une épreuve, courte, par équipe pour encadrer les débutants et si possible avec une partie natation simple, car c’est toujours le morceau qui effraie la plupart.

C’est pourquoi le triathlon de Montélimar a semblé tout indiqué : 700m de Natation, 25km de vélo et 5 de CAP, avec des profils plutôt plat.

Et l’énorme avantage de la première épreuve, c’est qu’elle se déroulait en piscine. Eau chauffée, donc il ne faut pas de combinaison néoprène, et tous les 50m on peut se tenir au bord pour récupérer si besoin. Car démarrer dans un lac ou un plan d’eau est beaucoup plus compliqué qu’il n’y parait. C’est bien différent des jeux de plage que l’on peut pratiquer, l’été, en bord de mer. 

Au départ les personnes intéressées étaient nombreuses. Mais l’année avançant, les contraintes de chacun s’ajoutant, ou l’inquiétude croissant, nuos avons failli nuos réduire à 2 voire 1 équipe.

Finalement, grâce à l’aide de quelques renforts, nous avons pu constituer 3 équipes.

La première équipe était constituée de triathlètes expérimentés (Catégorie Sénior).

La seconde contenait des débutants, mais tout le monde était à l’aise dans les 3 disciplines voire excellait dans l’une ou l’autre de celles-ci (Catégorie Mixte).

La dernière que j’encadrais était vraiment l’équipe découverte (Catégorie Vétéran). 

Après plusieurs semaines de préparations, plus ou moins compliquées, 6 véhicules partant de la Haute-Loire à Lyon, ont convergé vers Montélimar pour se retrouver à 10h du matin.  

Tout devait être prêt pour 11h30 et 1H 30 ne serait pas de trop pour réaliser tout le protocole nécessaire :

Aller récupérer les dossards, présenter les certifs, les licences …

Ensuite, il faut accrocher une puce à la cheville gauche (important pour le vélo), mettre le dossard sur un porte dossard (pas d’épingles, car il faut le tourner entre vélo et course à pied), marquer le vélo (en général un sticker à mettre sur la tige de selle) et marquer le bonhomme (ici par bracelet).

Ensuite il y a la préparation dans le parc à vélo, dont l’entrée se fait toujours casque sur la tête (et jugulaire fermée !!). Sur environ 60cm2 il faut installer : chaussures vélo et baskets, serviette, maillot (sauf si l’on a une combinaison tri-fonction), les gourdes, le dossard, les chaussettes.

Et quand le parc ferme, il ferme et il n’est donc plus possible d’y entrer, mieux vaut donc avoir tout bien réfléchis à 2 fois.

Au final, même si la préparation était tranquille nous ne sommes sortis que 5mn avant la fermeture du parc. 

A 9h45 tout le monde était arrivé, pas de circulations, ça aide.

Déjà en sortant des voitures on a senti que la journée serait ensoleillée et chaude. En posant nos gourdes à 11h, on se doutait que l’on allait plus retrouver une infusion qu’une boisson rafraichissante, mais ça fait partie du jeux.

 

Comme l’épreuve est en piscine , plus de 120 équipes se sont succédées, et les départs se sont échelonnés de 12h00 à 15h20 (1 départ toutes les 2mn en moyenne). Donc à partir de 11h30 l’attente a commencé, car nos équipes partaient respectivement à 13h36 pour les mixtes (honneur aux dames), 14h07 pour les vétérans (la soupe est servie tôt le soir) et 14h43 pour les séniors (il faut bien qu’ils participent eux aussi). 

Donc pique-nique sur un banc et dans l’herbe, à l’ombre pour se protéger de la chaleur, en attendant le début de l’épreuve. Enfin plutôt en attendant la fin du calme, quand la famille chardon est arrivée (dixit le Papa J ) !

Au départ des premiers à 12h, les 20° étaient dépassés depuis longtemps et ce n’était pas terminé. Certaines équipes, enfin surtout 1 préparait toute une stratégie de course, sur les relais en piscine, en vélo … On sentait que tout le monde n’était pas venu pour découvrir.

 

Vers 13h00 la première équipe part se préparer (le bassin intérieure de Montélimar, servant de bassin d’échauffement). Nous avons pu les rejoindre un plus tard aux bords du bassin pour les encourager. En attendant leur GO, on voit que la concentration est sur tous les visages.

Dans la piscine les niveaux étaient très disparates, entre nageurs aguerris qui glissent sans forcer et nageurs débutants qui brassent et se débattent. Et ça s’est pas arrangé quand nous sommes rentrés à notre tour dans l’eau.

Donc la première équipe s’élance et chose bizarre, le premier nageur glisse, un coup de bras de temps à autre, et c’est tout. Derrière Vivien et Manu tournent deux fois plus les bras pour tout juste recoller. 50 m retour le premier de leur bande revient en dos, toujours en glissant, sans effort. C’est impressionnant mais aussi frustrant quand on ne comprend pas comment il fait.

Au bout de 700m, ils s’extirpent de l’eau et à notre tour nous allons dans le bassin d’échauffement. L’eau est très bonne. Nous avons une ligne d’eau pour nous mettre dans le bain, c’est le cas de le dire.

Puis on se présente à la chambre d’appel, 5 mn avant pour être sûr de ne pas louper le départ. La tension monte.

C’est notre tour. Petit arrêt au stand pour une photo et nous allons vers notre ligne d’eau (la 4). Tout le monde rentre dans l’eau et là elle est encore meilleure que la piscine intérieure. Génial !!

ON attend le GO et s’est parti. Je vous passe les détails de la suite car ce serait trop long. Mais l’ambiance est quand même très sympa, les séniors nous encourage, les juges discutent aussi, et le soleil qui nous inondent au milieu d’un ciel bleu sans accrocs.

Au moins on a bien profité de la piscine.

Extraction puis on trottine jusqu’aux vélos. Séchage, chaussette, chaussures, casque, ceinture et c’est parti. On re-trottine jusqu’à l’arbitre et quand nous sommes tous les 4 : GO pour 25km. Deux ou trois kilomètres pour se mettre en jambe et c’est parti. A ce moment on croise la première équipe qui termine son vélo.

La première grosse côte fait une cassure. Mais une fois le groupe reformé, les relais passeront bien sauf lorsque quelques petit coups de cul viendront nous scier les jambes. On ne peut pas tous les prendre en sprintant ! Parfois on pousse le collègue pour finir la bosse.

De temps à autre des locomotives bien en ligne, nous dépassent, ou plutôt nous dépose. Mais on ne voit pas le temps passé. Déjà nous revenons vers le stade. Les deux derniers kilomètres commencent d’être dures, car les jambes sont un peu chargées. On mouline pour évacuer.

Tout le monde s’arrête à la ligne et on entre à nouveau dans le parc à vélos.

Nous posons nos montures, changeons les pneumatiques et repartons pour les 5 derniers kilomètres. Comme souvent l’allure est soutenue au départ. Le temps de se recaler. Mais très vite il faut prendre un rythme plus raisonnable. Il fait très chaud, au soeil on avoisine largement les 30°.

Cédric a du mal à trouver son deuxième souffle, et il fera quasiment tout au mental, chapeau. ON arrivera quand même à tenir un petit douze à l’heure (réputation oblige pour Mr Douzalheure).

A 200m de l’arrivée, nous croisons les séniors qui s’élancent pour leur périple.

Et enfin nous franchissons la ligne tous les 4 !!

Contrat rempli.

Au final, tout le monde a terminé et a été enchanté de la journée. L’ambiance et la météo était au top.

Six participants n’avaient jamais fait de triathlon, mais je pense que ce ne sera pas leur dernier.Donc à l’année prochaine pour ceux qui voudront à leur tour tenter l’aventure

 

 

 

 

 

Sortie VTT La Talaudière du 08 Avril 2018

Départ à 9h de la Talaudière avec Mike, Philippe, Jérôme et André.

Météo clémente avec des chemins secs.

Petite grimpette traditionnelle de la Talaudiéroise puis arrivée au Col de la Gachet où André a dû nous abandonner sur problème mécanique.

Petite boucle sur le GR7, passage par St Christo en Jarez, Le Pillon, puis crochet derrière le Mont Morin et retour par les chemins de traverse de Grand Quartier.

2h30, 35 km et 670 de D+.

Sortie vallée du Gier 24 Mars 2018

Malgré le froid et la grisaille, nous étions 8 courageux au départ de Rive de Gier.  La montée du col de Pavezin a permis à tous de se réchauffer rapidement. Pélussin, Chuyer puis à nouveau le col de Pavezin et un retour très roulant par La Terrasse sur Dorlay, Saint-Paul en Jarez.  55km de détente.

A très bientôt pour la prochaine sortie.